Le Fort et l'Eglise


E
n 1516, le roi François Ier, après sa victoire à Marignan et une visite au pape Léon X se rend en Provence et à Marseille. Il y arrive le 22 janvier et est accueilli par la ville entière. Le lendemain il participe à une bataille d’oranges dans le vieux port. Enfin, le 23, il monte à la vierge pour se recueillir dans la petite chapelle.

ville de Marseille

1524, Marseille lutte face au connétable Bourbon, allié de Charles Quint. Il est repoussé. Sur ordre du roi qui se souvient de son passage à Marseille, la municipalité commence la construction d’un fort sur l’île d’If ainsi qu’un autre sur la colline de la Garde. Le fort de la Garde est construit avec les pierres de l'aumône de St Férréol et des carrières de La Couronne (pierres roses).
Le fort de la garde englobera très vite la petite chapelle, dont seul le sommet du clocher émergera de la construction.
1536, Charles Quint est aux portes de Marseille. Mais devant le feu nourri de l’artillerie du capitaine de la garde, Blaise de Montluc, il effectue un retrait précipité. François Ier, re-

Vue d'artiste de la ville de Marseille. Bibliothèque Nationale de France (BNF)

vient à Marseille cette même année, le 20 septembre, et bien entendu, il monte à nouveau à Notre Dame de la Garde. Il demande que les travaux engagés au début de l'année soient poursuivis. Mais le fort, s’il protége des invasions maritimes, peut aussi se retourner contre les Marseillais. Il attire bien des convoitises comme en 1585 mais surtout en 1591.
Le consul Cazaux fait bombarder la ville avec l’aide du gouverneur de la Garde, puis s’empare de Saint Victor. En 1594, deux prêtres, accompagnés de deux hommes de main, s’introduisent dans l’église. A la fin de la messe, ils assassinent le capitaine de la garde et ainsi Cazaux prend possession du fort. Le sanctuaire est fermé et il règne en dictateur sur la ville. Cazaux appelle les Espagnols à venir à Marseille. C’est alors qu’un sentiment de patriotisme s’empare des Marseillais. Un courageux Marseillais, Pierre de Libertat, réussit à assassiner le consul Cazaux le 17 février 1596. Il deviendra commandant du fort.

En novembre 1622 c’est le roi Louis XIII qui rend visite à Marseille. Il monte à la bonne Mère à cheval par un jour de pluie. Il est reçu par le sire de Boyer. Il est accompagné d’une partie de la noblesse. En descendant, il s’arrête à Saint Victor.
Août 1650, le fort est pris par le sergent Nicolas et David Caze. La municipalité pratique un blocus tout en négociant. Le fort est évacué. Cela coûtera 500 écus.
Nous sommes maintenant le 29 avril 1790. Les Marseillais craignent un bombardement du fort sur la ville. Pendant la nuit, des civils et des militaires montent à la Bonne Mère, à l’assaut de la colline. Le lendemain, le commandant est cerné et il se rend. Le drapeau tricolore flotte. La Bonne Mère a protégé le peuple.

fort et église

Le fort et l'église en 1845. Archives de la BNF.

Les militaires cohabiteront avec l’église jusqu’en 1941. Ils échangent alors les terrains contre une maison de ville.